HiStOiReS NePaLaiSeS
VOYAGES RÉELS et IMAGINAIRES au NÉPAL (été 2009, été et automne 2011 ).

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités



«  Juin 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Rubriques

A. SUNAULI, FRONTIERE INDE.NEPAL
B1. LUMBINI 1, ou la NAISSANCE du BOUDDHA
B2. LUMBINI 2, NOUVEAU CENTRE de PELERINAGE INTERNATIONAL
B3. Les VILLAGEOIS de LUMBINI
C1. A KATMANDOU (poeme).
C2. RV a DURBAR SQUARE (nouvelle).
C3. VISHNUMATI, RIVIERE de KATMANDOU
D1. HARCELEMENT a BHAKTAPUR
D2. FESTIVAL a BHAKTAPUR
D3. TRAVAIL des POTIERS de BHAKTAPUR
D4. QUARTIER des POTIERS de BHAKTAPUR
D5. REGGAE de BHAKTAPUR (poeme)
D6. PRAJAPATI, vous avez dit POTIER
D7. AVIS de PILLAGE
E1. PASHUPATINATH, la SHIVAITE
E2. La BAGMATI a PASHUPATINATH
E3. CREMATION a PASHUPATINATH
E4. PASHUPATINATH et la LUMIERE
F1. HOMMAGE aux TONGS
F2. Une PIERRE pour la ROUTE
G1. MOTARDS de KATMANDOU
G2. VOCATION (poeme).
G3. KATMANDOU S.EVEILLE
G41. VIEUX QUARTIERS de KATMANDOU
G42. KATMANDOU en FETE
G43. A YENGAL (Katmandou).
G44. DE MAKAN TOLE A THAMEL (Katmandou)
G5. QUINZE ANNEES a VENIR (poeme)
G6. MANIF pour le DROIT des FEMMES (Katmandou)
G70. Une RUSSE au NEPAL
G71. SWAYAMBHUNATH, ou de la LIBERTE
G72. Le SAGE de SWAYAMBHUNATH
G73. PETIT TOUR a LALITPUR
G81. ENTRAILLES de KATMANDOU (poeme)
G82. PROSES de KATMANDOU
G9. Et JE DANSE (Katmandou)
H. SEISME a KATMANDOU
I. BUS de NUIT
J1. GROUPE de CHANT (Katmandou)
J2. GROUPE de CHANT.2 (Katmandou)
K. DEJEUNER PHILO SOPHIQUE (Katmandou)
L1. FACES CACHEES de la LUNE (Epitres)
L2. L ESPRIT de FUITE
M1. MICROPROCESSEUR (poeme)
M20. QUI SUIS JE (poeme)
M21. OU L ON BRULE (poeme)
M22. SAMOURAI (poeme)
M23. SONNET en LIBERTE (poeme)
M30. JOUEUR D HARMO NIUM (poeme)
M31. CHAMPS D EXCLA MATION (BREVIAIRE pour la ROUTE)
M40. HOLOCAUSTE (Poeme)
M41. BILLY THE KID (poeme)
M42. PHYSIQUE du SEISME (poeme)
M43. La PESANTEUR et la GRACE (poeme)
M44. L IMPOSSIBLE est mon DESTIN (poeme)
M45. Dans le FEU du JOUR (poeme)
M46. POUR ELLE (poeme)
N. DANSE des BAMBOUS (derviches de Katmandou
O. KATMANDOU FREAK STREET (nouvelle)
P1. HOMMAGE au TIBET (poeme)
P2. ARCHE D ALLIANCE (poeme)
P3. VITA NOVA (poemes)

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://bonomali.uniterre.com
http://route-des-indes.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://jainiste.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://jain.uniterre.com
http://vagabonder.uniterre.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

GROUPE de CHANT (Katmandou) (22.09.2011).


GROUPE DE CHANT

 

(Katmandou)




"Les sortilèges

ont menacé la terre entière

vivons dans le présent

épris de notre coeur d'enfant".

(chant d'amour et de mort).

 

 

 

 

Depuis quelques temps, j'aime venir m'asseoir parmi un groupe de chanteurs et musiciens du quartier.

Ils se réunissent de 6h à 7h le matin dans le temple Kasthamandap.

La musique est la plus dense entre 6h15 et 6h45, quand tous les participants sont arrivés et avant les premiers départs.

 

 

Le groupe se compose de vingt cinq à trente hommes.

Le joueur d'orgue électronique Yamaha, deux musiciens au tambour, un joueur de coupelles de bronze, deux autres de petites cymbales.

La plupart chantent et les textes circulent de mains en mains.

Ce sont des chants religieux, des bhavans, dédiés à Ganesh, Shiva et Vishnou. J'obtiens ces précisions d'un des chanteurs qui parle anglais.

 

Si l'organiste tarde, les musiciens présents jouent une musique lancinante d'attente.

Les tambours s'imposent en ce prélude.

L'organiste arrive, entame le premier morceau. Chacun connaît sa partie, chante ou joue avec aisance.

 

 

Les membres ont une place attitrée.

La première fois, j'ai dû trouver ma place, que je retrouve chaque matin.

Assis au bord extérieur de la paillasse, j'ai empiété sur l'espace de deux hommes : à gauche un chanteur moustachu à casquette, à droite le remplaçant du joueur de coupelles. Ce dernier a rechigné à m'accepter. Il ressemble à un plumitif sans imagination.

 

 

Le joueur principal de coupelles, un nain bossu fort laid, est un vieillard doué.

Très concentré, il joue à merveille et chante avec coeur. Il en devient vraiment beau. Il m'aime bien. Et vérifie qu'on n'oublie pas de me marquer d'un point rouge et de me donner une fleur.

Devant moi, un chanteur arrive souvent en retard. Il doit enjamber mon voisin ou mon corps pour s'asseoir au centre...

Le joueur d'orgue est assis contre le mur face à nous.   

 

 

A partir de 6h15, un membre du groupe circule avec un plateau.

Il marque le front de chaque participant d'un Tikka rouge et lui donne une fleur de jasmin.

On la place sur son oreille droite, dans la pochette de sa chemise ou sur son couvre chef.

 

 

Une longue tige de bambou avec son feuillu permet de déloger les pigeons. Ils se perchent régulièrement sur les poutrelles, au dessus de nos têtes. Une plume volète de temps en temps.

Mais nous échappons ainsi à leur offrande matinale.

 

 

De plus, nous sommes nue tête.

Seuls deux chanteurs portent une casquette. Mon préféré est mon voisin moustachu de gauche, un des meilleurs chanteurs du groupe.

Une demie douzaine d'anciens préfèrent le calot traditionnel.

 

 

Les participants sont de tous âges.

Une jeune père et son fils de sept ans voisinent avec des vieillards et de nombreux quadragénaires.

Au fond du groupe, les trentenaires ne prennent jamais la parole, chantonnent au lieu de chanter.

Leurs regards vagabondent dans le vide.

 

 

Je ne manque aucune séance musicale.

Chants et musiques me calment, imprègnent leur rythme grave dans mon corps, nuages d'encens qui circulent, parfument mes heures.

Chants et musiques donnent à chaque matinée un ancrage spirituel.

 

 

Ensuite, je mange deux ou trois bananes, accompagnées d'un thé.

Perché sur un des temples, je compose un rythme en regardant les marchands, les passants et la vie qui prend corps.

Il est 7 heures. Cette journée est lancée sur une voie de lumière. 

 

 

Lionel Bonhouvrier.



Publié à 03:42, le 24/09/2011 dans J1. GROUPE de CHANT (Katmandou), Katmandou
Mots clefs :
Lien