HiStOiReS NePaLaiSeS
VOYAGES RÉELS et IMAGINAIRES au NÉPAL (été 2009, été et automne 2011 ).

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités



«  Juin 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Rubriques

A. SUNAULI, FRONTIERE INDE.NEPAL
B1. LUMBINI 1, ou la NAISSANCE du BOUDDHA
B2. LUMBINI 2, NOUVEAU CENTRE de PELERINAGE INTERNATIONAL
B3. Les VILLAGEOIS de LUMBINI
C1. A KATMANDOU (poeme).
C2. RV a DURBAR SQUARE (nouvelle).
C3. VISHNUMATI, RIVIERE de KATMANDOU
D1. HARCELEMENT a BHAKTAPUR
D2. FESTIVAL a BHAKTAPUR
D3. TRAVAIL des POTIERS de BHAKTAPUR
D4. QUARTIER des POTIERS de BHAKTAPUR
D5. REGGAE de BHAKTAPUR (poeme)
D6. PRAJAPATI, vous avez dit POTIER
D7. AVIS de PILLAGE
E1. PASHUPATINATH, la SHIVAITE
E2. La BAGMATI a PASHUPATINATH
E3. CREMATION a PASHUPATINATH
E4. PASHUPATINATH et la LUMIERE
F1. HOMMAGE aux TONGS
F2. Une PIERRE pour la ROUTE
G1. MOTARDS de KATMANDOU
G2. VOCATION (poeme).
G3. KATMANDOU S.EVEILLE
G41. VIEUX QUARTIERS de KATMANDOU
G42. KATMANDOU en FETE
G43. A YENGAL (Katmandou).
G44. DE MAKAN TOLE A THAMEL (Katmandou)
G5. QUINZE ANNEES a VENIR (poeme)
G6. MANIF pour le DROIT des FEMMES (Katmandou)
G70. Une RUSSE au NEPAL
G71. SWAYAMBHUNATH, ou de la LIBERTE
G72. Le SAGE de SWAYAMBHUNATH
G73. PETIT TOUR a LALITPUR
G81. ENTRAILLES de KATMANDOU (poeme)
G82. PROSES de KATMANDOU
G9. Et JE DANSE (Katmandou)
H. SEISME a KATMANDOU
I. BUS de NUIT
J1. GROUPE de CHANT (Katmandou)
J2. GROUPE de CHANT.2 (Katmandou)
K. DEJEUNER PHILO SOPHIQUE (Katmandou)
L1. FACES CACHEES de la LUNE (Epitres)
L2. L ESPRIT de FUITE
M1. MICROPROCESSEUR (poeme)
M20. QUI SUIS JE (poeme)
M21. OU L ON BRULE (poeme)
M22. SAMOURAI (poeme)
M23. SONNET en LIBERTE (poeme)
M30. JOUEUR D HARMO NIUM (poeme)
M31. CHAMPS D EXCLA MATION (BREVIAIRE pour la ROUTE)
M40. HOLOCAUSTE (Poeme)
M41. BILLY THE KID (poeme)
M42. PHYSIQUE du SEISME (poeme)
M43. La PESANTEUR et la GRACE (poeme)
M44. L IMPOSSIBLE est mon DESTIN (poeme)
M45. Dans le FEU du JOUR (poeme)
M46. POUR ELLE (poeme)
N. DANSE des BAMBOUS (derviches de Katmandou
O. KATMANDOU FREAK STREET (nouvelle)
P1. HOMMAGE au TIBET (poeme)
P2. ARCHE D ALLIANCE (poeme)
P3. VITA NOVA (poemes)

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://bonomali.uniterre.com
http://route-des-indes.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://jainiste.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://jain.uniterre.com
http://vagabonder.uniterre.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

UNE RUSSE AU NEPAL (5.09.2011).


UNE RUSSE AU NÉPAL

(Katmandou)



 

 

La place de Katheshimbu est devenu un de mes lieux préférés au nord de Durbar Square.

Découverte la veille, j'y retourne pour y sentir le passage unique et mystérieux du temps.

 

 

Du haut du stupa principal, j'admire l'ensemble de la place quand une jeune femme me demande de la photographier avec son appareil près des moulins à prières.

Je m'exécute et conseille une seconde photo. Avec la place, les stupas et le vajra doré en arrière-plan. L'idée lui plaît.

-"Are you an Italian ?"

-"No, I'm a Russian."

 

 

Anastasia est une Russe de Moscou.

Avec un visa de trois mois au Népal, ce n'est pas une touriste ordinaire, ce qui nous rapproche.

Journaliste, elle écrit des articles dans des journaux pour des amis.

Et elle rédige des textes publicitaires pour un site internet.

 

 

Je propose d'échapper à la pluie dans un café. 

Nous allons Thahiti Tole, boire un black tea et discuter tranquillement. La conversation vivace aide à oublier le thé, de l'eau chaude sans saveur, une lavasse.

Elle était perdue, est contente de m'avoir croisé pour traverser Thamel.

 

 

Anastasia a loué un appartement à Patan pour trois mois.

C'est la première fois qu'elle prend un congé aussi long, le fait d'avoir un point fixe au Népal la sécurise. Pourquoi pas ?

En réalité, elle a vécu en  Sibérie orientale.

Après deux années à Moscou, épuisée, elle a quitté son emploi et son logement de location.

Elle voulait profiter de la nature dans un pays montagneux.   


 

Nous remontons Thamel Marg plein nord, tournons à droite dans Tridevi Sadak. Anastasia s'intéresse aux boutiques de vêtements : pashmina, écharpes...

Je lui parle de Thangkas, de mandalas. Peu de réaction...

Un vendeur de rue demande 80 Rs pour sept bananes. Je lui en donne 35 en plaisantant ses tarifs. Affaire conclue.  

 

 

Mangeant des bananes, nous arrivons au Garden of Dreams, situé avant l'intersection avec Kanti Path. L'entrée est payante : 80 Rs pour les Népalais, 160 Rs pour les étrangers.

Ce jardin privé accueille le Kaiser Cafe.

Un lieu paisible, de style anglais, avec des pelouses bien tondues, des éléphants blancs, gardiens de bâtisses pseudo mogholes.

 

 

Assis sur un banc près du café, nous profitons du soleil et du calme.

Nastia aime ce jardin, où elle est venue lire de longues heures.

Elle me montre quelques photos des environs de Katmandou.

Nous décidons d'aller à Swayambhunath dans deux jours.

J'y ai passé une journée en 2009, mais je n'ai rien écrit. Un regret, cela se corrige. Et dans quelques jours, je compte m'installer à Patan, plus calme que Katmandou. 

 

 

Des Occidentales défilent en groupes.

Photographiant en continu, elles remplissent leurs cartes mémoire en quelques secondes avec des cris de plaisir.

Cela confirme mon goût très relatif pour ce jardin tondu au millimètre.

Encore un investissement d'un homme d'affaire helvétique ou autrichien...

 

 

Anastasia reçoit un appel téléphonique.

J'en profite pour faire un tour des lieux pieds nus.

Impossible de se blesser dans ce potager suisse.

Une terrasse donne une vue générale de ce "jardin des rêves".

Dormir ici perturberait mes rêves !

Le ministère des Affaires Étrangéres est situé derrière le café Kaiser sur Kanti Path.

 

 

Un ami doit venir chercher Nastia à l'entrée du jardin.

La nuit tombe, les oiseaux font un raffût dans les arbres et nous devons changer de banc pour nous entendre.

Je fais l'apologie d'une vie sans téléphone mobile...

 

-"Comment supporter la sonnerie de ce gadget dans ses poches ? Deux personnes conversent. DRING ! Une troisième s'invite par téléphone. Et avec leur GPS, les gens ne savent plus lire des cartes pour s'orienter. Même dans une ville comme Katmandou !"

-"D'accord, je ne sais pas lire des plans et je me perds tout le temps...

Mais je suis toujours en sécurité grâce à mon téléphone. Je peux appeller quelqu'un quand je me perds !"

 

 

-"Mais pourquoi ? Perds-toi ! Retrouve le chemin par toi-même ! De toute façon, se perdre est très utile. J'ai découvert des coins merveilleux en marchant au hasard, sans savoir où j'étais ! 


Nastia ne parle pas de son travail de journaliste. Étrange...

 

 

Comme son ami ne rappelle pas, nous sortons du jardin et l'attendons sur le trottoir.

Avec le trafic automobile et la pollution, ce n'est pas idéal pour continuer la conversation...

 

 

Son ami arrive en moto. Nous nous séparons et je retraverse Thamel en méditant sur les différences de qualité du temps.

La recherche du temps perdu ne m'intéresse guère.

Je lui préfère une qualité du présent, intense, du pain béni pour vingt siècles.  



Lionel Bonhouvrier.



Publié à 07:11, le 7/09/2011 dans G70. Une RUSSE au NEPAL, Katmandou
Mots clefs :
Lien