HiStOiReS NePaLaiSeS
VOYAGES RÉELS et IMAGINAIRES au NÉPAL (été 2009, été et automne 2011 ).

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités



«  Juin 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Rubriques

A. SUNAULI, FRONTIERE INDE.NEPAL
B1. LUMBINI 1, ou la NAISSANCE du BOUDDHA
B2. LUMBINI 2, NOUVEAU CENTRE de PELERINAGE INTERNATIONAL
B3. Les VILLAGEOIS de LUMBINI
C1. A KATMANDOU (poeme).
C2. RV a DURBAR SQUARE (nouvelle).
C3. VISHNUMATI, RIVIERE de KATMANDOU
D1. HARCELEMENT a BHAKTAPUR
D2. FESTIVAL a BHAKTAPUR
D3. TRAVAIL des POTIERS de BHAKTAPUR
D4. QUARTIER des POTIERS de BHAKTAPUR
D5. REGGAE de BHAKTAPUR (poeme)
D6. PRAJAPATI, vous avez dit POTIER
D7. AVIS de PILLAGE
E1. PASHUPATINATH, la SHIVAITE
E2. La BAGMATI a PASHUPATINATH
E3. CREMATION a PASHUPATINATH
E4. PASHUPATINATH et la LUMIERE
F1. HOMMAGE aux TONGS
F2. Une PIERRE pour la ROUTE
G1. MOTARDS de KATMANDOU
G2. VOCATION (poeme).
G3. KATMANDOU S.EVEILLE
G41. VIEUX QUARTIERS de KATMANDOU
G42. KATMANDOU en FETE
G43. A YENGAL (Katmandou).
G44. DE MAKAN TOLE A THAMEL (Katmandou)
G5. QUINZE ANNEES a VENIR (poeme)
G6. MANIF pour le DROIT des FEMMES (Katmandou)
G70. Une RUSSE au NEPAL
G71. SWAYAMBHUNATH, ou de la LIBERTE
G72. Le SAGE de SWAYAMBHUNATH
G73. PETIT TOUR a LALITPUR
G81. ENTRAILLES de KATMANDOU (poeme)
G82. PROSES de KATMANDOU
G9. Et JE DANSE (Katmandou)
H. SEISME a KATMANDOU
I. BUS de NUIT
J1. GROUPE de CHANT (Katmandou)
J2. GROUPE de CHANT.2 (Katmandou)
K. DEJEUNER PHILO SOPHIQUE (Katmandou)
L1. FACES CACHEES de la LUNE (Epitres)
L2. L ESPRIT de FUITE
M1. MICROPROCESSEUR (poeme)
M20. QUI SUIS JE (poeme)
M21. OU L ON BRULE (poeme)
M22. SAMOURAI (poeme)
M23. SONNET en LIBERTE (poeme)
M30. JOUEUR D HARMO NIUM (poeme)
M31. CHAMPS D EXCLA MATION (BREVIAIRE pour la ROUTE)
M40. HOLOCAUSTE (Poeme)
M41. BILLY THE KID (poeme)
M42. PHYSIQUE du SEISME (poeme)
M43. La PESANTEUR et la GRACE (poeme)
M44. L IMPOSSIBLE est mon DESTIN (poeme)
M45. Dans le FEU du JOUR (poeme)
M46. POUR ELLE (poeme)
N. DANSE des BAMBOUS (derviches de Katmandou
O. KATMANDOU FREAK STREET (nouvelle)
P1. HOMMAGE au TIBET (poeme)
P2. ARCHE D ALLIANCE (poeme)
P3. VITA NOVA (poemes)

Sites favoris

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://bonomali.uniterre.com
http://route-des-indes.blogspot.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://jainiste.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://jain.uniterre.com
http://vagabonder.uniterre.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

CREMATION a PASHUPATINATH (2.08.2009).

 

 

CRÉMATION à PASHUPATINATH

 

 

 

 

Comment faire disparaître les corps ?
A Pashupatinath, telle est la question cruciale.
Partout sur cette planete, cette question exige des réponses concrêtes.
 
En Occident, nous enterrons souvent les cadavres.
Les vers travaillent lentement et en silence.
Discrétion assurée - d'où la paix des cimetières.
Les crématoriums se multiplient, mais leurs cérémonies funéraires sont peu spectaculaires.
 
A Pashupatinath, les bûchers funéraires sont publics.
On pense aux peines capitales de l'Europe médiévale, quand les sorcières, Juifs et hérétiques, avaient - aux moments de crises sociales - le privilège d'être brûlés vifs en public.
 
Comment se débarrasser des cadavres ?
A défaut de les enterrer, on peut les brûler.
L'air en garde constamment une odeur caractéristique...
Pour alimenter les bûchers, il faut d'énormes quantités de bois.
Des véhicules déposent sur les berges des fagots de bois.
Une sangle tendue sur leur front, tel le joug frontal des boeufs, des femmes portent sur leur dos ces volumineux fagots jusqu'au plus près des bûchers.
La logistique est prête à résoudre la question des corps.

Comme à Bénarès, il est recommandé de mourir à Pashupatinath.
La famille porte le cadavre sur un brancard en contrebas du Temple d'or.
Les préparatifs commencent.
J'y assiste depuis l'autre rive, côté oriental.
On dépose le brancard à un emplacement spécial des ghats, perpendiculaire à la pente, près de la Bagmati.
Le mort, habillé, est entouré d'un linceul blanc.
 
On dépouille le cadavre de ses vêtements.
On le recouvre d'un linge orange, couvert d'inscriptions.
On descend le brancard jusqu'à l'eau, le cadavre est aspergé, puis on le repose à sa place initiale.
Ses proches offrent, chacun à leur tour, une guirlande de fleurs, de la poudre rouge, se recueillent.
Ensuite le brancard est transporté vers l'aval, ou plusieurs autels de pierre sont prévus.
 
Sur l'autel se dresse un bûcher.
Les porteurs y déposent le mort, que l'on arrange au mieux.
Un spécialiste allume le feu.
La crémation commence, veillée par deux personnes (sans compter la famille), qui activent le feu avec une perche.
 
Plusieurs bûchers brûlent en même temps, dégagent une fumée épaisse, qui fait fuir à plusieurs mètres.
Les odeurs suffoquent, collent à la peau et aux bronches.
Beaucoup plus tard, quand la famille pleure l'incinéré ou se dispute ses biens, les cendres sont jetées dans la rivière vers l'aval.
Le feu et l'eau, éléments de Shiva, permettent de faire disparaître les corps.
 
 

Lionel Bonhouvrier.



Publié à 08:06, le 2/08/2009 dans E3. CREMATION a PASHUPATINATH, Pashupatināth
Mots clefs :
Lien